Menu

     Accueil
     Logiciels
     Documents
     Emulateurs
     Forum de discussion
     Témoignages
     Avis de recherche
     Trombinoscope
     Truc & astuce
     Outils
     Liens

Retour


Témoignage de Didier et Olivier Guillion

Voici le témoignage de Didier et Olivier Guillion, auteurs entre autres des célèbrissimes 5ème Axe (1985) et Sapiens (1986) édité chez Loriciels sur Thomson. Et en exclusivité mondiale, vous y découvrirez les codes secrets de Sapiens sur Thomson !

Propos recueillis par e-Mail par Yoann Riou le 21 Juin 2005.






Didier Guillion

Olivier Guillion
Bonjour Didier et Olivier. Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Nous sommes deux frères. Nous travaillons en équipe depuis 1980. En 1982 nous avons sorti notre premier logiciel commercial, une sorte de logo pour VIC 20 baptisé LOGIC et écrit en Basic. Ce logiciel avait été créé pour les enfants du club d'informatique que nous animions dans une école primaire.

Après quelques éducatifs (toujours pour l'école) nous nous sommes mis très vite aux jeux vidéo car la demande était grande et c'était beaucoup plus amusant.

En 1988 nous sommes passés du statut d'auteurs indépendants à celui de salariés de notre propre société d'édition : MYRIAD. Cela nous a permis de toucher à des domaines très variés mais en restant dans le domaine de l'image et du son : panneaux géants à LED, acquisition et traitement d'images à partir d'un scanner médical, éducatifs pour EDF...

Enfin, depuis 1998, nous nous sommes lancés dans le "shareware" grand public sur PC et Macintosh, principalement dans le domaine de la création musicale. Nous avons également créé des "freewares", dont Galerie un générateur de pages web pour publier des photos facilement sur le Net.



Qu'est-ce qui vous a poussé à passer sur Thomson après votre parcours sur VIC20 et surtout sur le C64 qui était déjà très implanté dans le domaine du jeu, alors que le Thomson était déjà affiché comme une machine plus éducative que ludique (avec le plan IPT) ?

Le VIC 20 puis le Commodore 64 étaient (et restent) de merveilleuses machines d'une conception innovante : circuits son et vidéo offraient des possibilités remarquables pour l'époque. A coté les Thomson TO7 et MO5 faisaient pâle figure, plus proche de prototypes rapidement créés pour alimenter rapidement le marché juteux du plan IPT.

Pas de circuit son (1 seul bit pour la musique !), pas de circuit vidéo digne de ce nom (un seul mode graphique, pas de "sprites", pas de procédé matériel pour faire défiler l'écran...). Le seul aspect vraiment intéressant était le processeur, le 6809, dont nous gardons un très bon souvenir.

Myriad

Nous avons tenté de créer quelques éducatifs pour MO5 mais le marché était plus que verrouillé par Nathan et consort qui avaient la quasi excusivité de la fourniture des logiciels pour nano-réseau et donc du marché éducatif.



Avez-vous produits un ou des jeux ou logiciels avant le 5ème Axe sur Thomson ?

Oui, Verbivor un logiciel de conjugaison française, rebaptisé "J'apprends la conjugaison" par Loriciels.


Le 5ème Axe a-t-il été créé d'abord sur MO5 ? Avez-vous collaboré à l'adaptation de ce jeu sur d'autres plates-formes ou Loriciels s'en est chargé ?

Le 5ème Axe a été créé sur et pour le MO5, nous avons fait toutes les versions : Amstrad CPC (en cross-développement depuis un MO5) et Commodore 64. La version pour Commodore 64 a été réalisée conjointement avec deux collaborateurs, Philippe Guégan et Gilles Soulet.



Qu'est-ce qui vous à inspiré à développer Le 5ème Axe ? Un fil conducteur basé sur un film, un livre peut être ?

Comme il n'existait aucun jeu pour le MO5, et qu'il y avait tout de même un marché puisque le matériel était Franco-Francais et ignoré par les grosses société d'édition Anglophones, Loriciels nous a demandé d'adapter sur MO5 un jeu vidéo que nous avions créé pour Commodore 64, Véga. Nous leur avons expliqué que ce n'était techniquement pas possible, alors nous avons cherché quel jeu assez rapide on pouvait faire en tirant le maximum des capacités limitées des Thomson.

Le 5ème Axe

Un aspect intéressant nous est apparu dans le circuit vidéo, c'était la possibilité de gérer indépendamment les différents plans de couleurs. Nous avons donc travaillé sur un personnage en noir se déplaçant sur un décor défilant en couleur. C'est ainsi que le 5ème Axe est né.



Je me rappelle que la Toccata & Fugue de J.S. Bach [NDLA : La musique d'introduction de 5ème Axe] a été utilisée assez souvent dans les films futuristes des années 70 ou 80 ? Est-ce aussi ce qui a guidé votre choix de musique de présentation ou est-ce plutôt une raison un peu plus Française comme par exemple le générique de la série "Il était une fois l'homme" présentée sur FR3 ?


Véga sur C64
Non, aucun rapport avec ce film d'animation, qui est venu un peu plus tard il me semble. Nous aimons bien Bach, et nous possédions la partition, déjà utilisée dans Véga sur Commodore 64.





Qu'en est-il de Sapiens ? A-t-il été développé d'abord sur Thomson ou adapté sur Thomson ? D'après la qualité du jeu, et surtout les prouesses dans le domaine musicale (jamais égalé sur cette génération de Thomson, y compris le vibrato de la Toccata pour Le 5ème Axe), Sapiens semble loin d'être qu'une "simple adaptation" ?

Sapiens a été créé à l'origine pour Thomson. Nous voulions faire autre chose qu'un "Choutzemup", un jeu avec un grand degré de liberté où il faille réfléchir un minimum pour appréhender un nouvel environnement.

Pour la petite histoire la musique était générée par le système de la modulation delta : rappelons que la sortie sonore des Thomsons fonctionnait en tout ou rien, via un seul bit. Mais en appliquant une variation très rapide à ce bit et en modulant cette fréquence, on pouvait arriver à des états intermédiaire : la membrane du haut parleur était sollicitée en sens inverse avant d'avoir atteind sa position complête. Voila le "secret" de ces musiques. Un procédé très proche était déjà utilisé sur Apple II. Mais je suppose que ce système a dû être largement utilisé et amélioré depuis.



Apres avoir vu des titres comme Le 5ème Axe et Sapiens, vous considérez vous comme perfectionnistes ?

Perfectionnistes, je ne sais pas, passionnés, certainement.


L'un ou l'autre de vous a-t-il des compétences plus orientées dans un domaine particulier ?

Pas vraiment, nous nous complétons. Olivier est certainement plus "matheux".


Avez vous quelques anecdotes à partager sur le développement de ces 2 jeux ? J'imagine des nuits blanches à s'arracher les cheveux, les rêves la nuit hantés par les lignes d'assembleur, les heures à debugger, des plantages purs et durs résultant parfois à des pertes de données (et des heures de travail) ... etc ... ?

Faire un jeu, c'est comme un accouchement, par la suite on n'en garde que de bons souvenirs. ;)

Je me rappelle du son de flûte pour la version Atari ST de Sapiens, nous avions scié une canne à pèche pour faire le son. On tapait sur tous les objets possibles pour les enregistrer et s'en servir comme instrument.

Après les mois de labeur, il y avait toujours le doute. Nous travaillions dans notre coin, sans aucun contact avec les sociétés d'édition. Puis quand le produit nous semblait fini, on fabriquait des cassettes et on les envoyait aux différentes sociétés. Souvent, on recevait une lettre de refus polie quelques semaines après.

Mais à partir du 5ème Axe et de Sapiens, ça a changé, les éditeurs nous appelaient aussitôt au téléphone, et on négociait au plus offrant. C'était un moment très gratifiant.

Dans Sapiens Thomson il existe des codes, qui entrés à la place du nom du personnage font apparaitre des fonctionnalités cachées, nous vous les livrons en exclusivité mondiale (et puis 20 ans après, il y a prescription):


Sapiens

  • LASCAU
  • GROTTE
  • MUSICS
  • DETAIL
  • AUROCH
  • MYRIAD

Certains ajoutent des objets très convoités au "panier" du joueur et facilitent les échanges...



En comparaison aux autres machines sur lesquelles vous avez programmé (VIC20, C64 et peut être d'autres), le Thomson offrait-il selon vous plus, ou moins de facilité a la programmation que ces concurrents (niveau programmation 6809, utilisation du hardware ... etc ...) ?

La comparaison est difficile. Les Thomsons étaient à des années lumières des autres machines telles que les Commodore, Amstrad, Oric, Lynx et Archimèdes. Leur hardware était le minimum acceptable pour faire tourner une machine. Leur fiabilité plus que douteuse, il n'y avait qu'à voir les piles de MO5 en "rade" dans les salles des nano-réseau...



Vous êtes vous intéressé à la nouvelle génération des Thomson sortie fin 86 (MO6, TO8, TO8D et TO9+) présentant de nouvelles possibilités sonores et graphiques (les mêmes modes graphiques que le CPC par exemple) ?

Non, pas vraiment. Nous avons fait quelques adaptations sur ces machines, mais il fallait alors déjà les comparer aux Atari et Amiga. Elles n'ont d'ailleurs par survécu à la fin du plan IPT. Les TO8 sont sortis un peu trop tard pour que nous utilisions leurs possibilités pour Sapiens. Le jeu était déjà fini, et nous ne possédions qu'une documentation très succinte des possibilités supplémentaires des nouvelles machines.

Nous nous sommes donc contentés d'une simple adaptation sans amélioration.



Suivez-vous encore (de près ou de loin) ce qu'il se passe au niveau des passionnes de ce qu'on appel les "sasfepus" et peut être en particulier des Thomson ? Peut être au travers de l'émulation ?

De très loin. Notre préférence a toujours été pour le CBM 64 et l'Amiga (la plus belle machine de tous les temps). Thomson était pour nous juste un moyen de toucher un marché intéressant.



Avez vous encore, chez vous, un ou des ordinateurs Thomson ?

Bien sûr, nous avons gardé toutes nos machines. Sauf un authentique prototype de TO8, prêté par Thomson via Loriciels pour que nous adaptions Sapiens dessus, et que nous avons dû rendre. Il n'avait pas de boitier, et le clavier et la carte mêre étaient posés "en vrac" dans une boite en carton remplie de chips en polystyrène.



Question subsidiaire : Un forum Thomson réunissant les passionnés des machines Thomson a lieu cette année (comme tous les ans) à Paris le week-end du 15 et 16 Octobre. Les dernières nouveautés en terme de démos ou jeux y seront presentées en avant première, ainsi qu'une exposition de materiel incluant prototypes et pré-séries. Si vous êtes de passage à Paris, seriez vous favorable à y faire un tour ? :-)

Ce serait avec plaisir, cependant nous n'allons que très très rarement sur Paris. Même à l'époque où Loriciels éditait nos programmes, nous ne sommes allés les voir en chair et en os que deux fois.


Merci à Didier et Olivier pour leur disponibilité et leur gentillesse.


Retour

Cette page a été vue 5902 fois.
Vous êtes actuellement 2 utilisateurs connectés.
Cette page a été générée en 0.013698101043701 secondes.


Logicielsmoto.com © Copyright 2001-2018